Récente inspiration

Bucolique

Oligo,  le 12.01.2018


Paraît que Fanette a eu dix-huit ans
Et qu’elle est si jolie
Que déjà le père attend
Celui qui lui prendra sa fille

Faut que les bêtes mangent
Que le blé soit rentré
Dans trois peut-être deux dimanches
J’irai la trouver

Si j’ai le temps

Chasser d’un revers la sueur du front
Et en plein midi se recourber
Pour guider la faux de la moisson
Qui couche en rythme les gerbes dorées

Saison dont je connais le feu
Sans répit et sans pitié
Ni d’ombrage accueillant où tu peux,
Tityre, aller t’étirer

Désolé mais je ne suis pas d’humeur
A siffler le refrain d’une pastorale
Pour mon malheur je n’ai rien du bucolique idéal
Qui reste des heures
Allongé les mains dans la nuque sous les étoiles

Si peu de temps

 

Commentaires

Ajoutez un commentaire

Tous les champs sont obligatoires.

Autres inspirations

Souricière
Fierté mal placée
Paysage de campagne électorale
Fashion revolution
Tactiles
Papa
Sous plastique
Concession
Mauvais élève
Bols d'air
Descendre
Le besoin de parler
Ainsi parlait Tata Lova (03)
Vernissage
Derniers commentaires
Daan : Très puissant et droit au coeur.

Daan : Si vrai. Super!

Fabienne : Hooo...

Fabienne : étoiles de...garde

Fabienne : Triste mais doux

Fabienne : Il n'est pas mort tout seul puisque nous lisons ces mots ... Superbe...

Fabienne : Beau...

Oligo : La trop rare M. Phoba, avec son étonnant accès aux mots et cette sensibilité largement offerte ... Un plaisir

Fabienne : Beau mais pas seulement..

Fabienne : Bouleversant

Fabienne : Quelques mots très beaux..

Nganji : Bouleversant...

Oligo : On a déjà parlé de poèmes photographiques pour ceux recueillis sous le titre U.S.A. (Paul Morand - 1927) Ici, on pourrait parler aussi de reportage poétique. Autant le premier extrait m'a étonné par sa rupture totale avec ta production 'visible' et avec les habitudes du site, autant j'y ai pris goût et j'ai eu plaisir à lire ce troisième extrait . A suivre bien sûr...

Fabienne : Superbe.