Récente inspiration

Bucolique

Oligo,  le 12.01.2018


Paraît que Fanette a eu dix-huit ans
Et qu’elle est si jolie
Que déjà le père attend
Celui qui lui prendra sa fille

Faut que les bêtes mangent
Que le blé soit rentré
Dans trois peut-être deux dimanches
J’irai la trouver

Si j’ai le temps

Chasser d’un revers la sueur du front
Et en plein midi se recourber
Pour guider la faux de la moisson
Qui couche en rythme les gerbes dorées

Saison dont je connais le feu
Sans répit et sans pitié
Ni d’ombrage accueillant où tu peux,
Tityre, aller t’étirer

Désolé mais je ne suis pas d’humeur
A siffler le refrain d’une pastorale
Pour mon malheur je n’ai rien du bucolique idéal
Qui reste des heures
Allongé les mains dans la nuque sous les étoiles

Si peu de temps

 

Autres inspirations

Presqu’île
Semence et migraines
Compatible
Le cours de l'histoire
Erreur de calcul
An neuf
Histoires de merde
Trou noir
La mer
Perdu d’avance
Pyrotechnique
Délire nocturne 3
Ainsi parlait Tata Lova (05)
Communications
Maladie d’âmes lourdes
Délire nocturne 2
Censure à éclipses
Dieu Questionnait Déesse Répondait
Appendices
Grand Rêve Grandes Blessures
Plaisirs
Ma danse, mon émoi
Noël
Trauma Un
Maquillage
Gros mot
L'égalité des chances
Légende