Récente inspiration

Murmure du vent

Mugeni,  le 28.09.2018


J'ai demandé timidement au vent
S'il pouvait se diriger vers toi sans faire de bruits
Je lui ai demandé s'il pouvait te caresser la nuque pour que tu ressentes ce frisson sans que tu n'aies à pousser un cri
Je lui ai demandé de frôler tes yeux pour que tu ne sombres pas dans l’oubli
L’oubli qui pourrait atténuer nos sentiments naissant
Balayant l’espoir de revoir l’échange de nos regard la nuit tombant

J’ai demandé timidement au vent de souffler si fort que tu fermerai les yeux
Abandonnant toute crainte et quiétude
Attachant mon souffle au tien le temps d’un instant
Souviens-toi
Souviens-toi de notre avenir rêvé
De nos lèvres effleurées
De nos corps collés ne voulant jamais se détacher.

Dans un coin de ma mémoire, je garde le son de cette joie communiquée
J’ai su discerner le sourire éclatant dissimulé sur ton visage
Pimenté et doré étaient les courbes de tes hanches

J’ai demandé timidement au vent s’il pouvait se diriger vers toi sans faire de bruit et il l’a fait
De caresser ta nuque et il l’a fait
De fermer tes yeux et il l’a fait

Que nos désirs ne soient éphémères
Que ce moment reste éternel
Enlacé et peut être même entrelacé
Comme des lacets d’une paire de chaussures
Que ça sent bon la réciprocité
L’odeur du bonheur
Et d’un amour partagé
Durant ce temps, là, j’ai fait la connaissance d’un être apprécié

 

Commentaires

Ajoutez un commentaire

Tous les champs sont obligatoires.

Autres inspirations

Dans la vie il n’y a pas que des seins
Souricière
Fierté mal placée
Paysage de campagne électorale
Fashion revolution
Tactiles
Papa
Sous plastique
Concession
Mauvais élève
Bols d'air
Descendre
Le besoin de parler
Ainsi parlait Tata Lova (03)
Derniers commentaires
Daan : Très puissant et droit au coeur.

Daan : Si vrai. Super!

Fabienne : Hooo...

Fabienne : étoiles de...garde

Fabienne : Triste mais doux

Fabienne : Il n'est pas mort tout seul puisque nous lisons ces mots ... Superbe...

Fabienne : Beau...

Oligo : La trop rare M. Phoba, avec son étonnant accès aux mots et cette sensibilité largement offerte ... Un plaisir

Fabienne : Beau mais pas seulement..

Fabienne : Bouleversant

Fabienne : Quelques mots très beaux..

Nganji : Bouleversant...

Oligo : On a déjà parlé de poèmes photographiques pour ceux recueillis sous le titre U.S.A. (Paul Morand - 1927) Ici, on pourrait parler aussi de reportage poétique. Autant le premier extrait m'a étonné par sa rupture totale avec ta production 'visible' et avec les habitudes du site, autant j'y ai pris goût et j'ai eu plaisir à lire ce troisième extrait . A suivre bien sûr...

Fabienne : Superbe.