Dernière inspiration

Le chuchotement des forêts

Nganji,  le 24.01.2018


puisque

le texte

remplace

le sexe

je recommence

langue

tendue

bouche

ouverte

corps

émus

douleurs

étreintes

dans la nuit

retenue

salive chaude

désir rampant

j’entends du bruit

et

goutte tombée

sur les doigts

lèvres mouillées

jusqu’à toi

paupières fermées

t’entends du bruit

et

des yeux

entourent

peut-être

anonymes

spectateurs

peut-être

de l’intime

symphonie des clapotis

jusqu’à moi

on s’en fout

plein de soupirs

à nourrir

par à-coup

laissons couler

pudeurs et compagnie

en fait

dévorons-les

toutes

nous

n’en avons rien à faire

petites morts

grandes résurrections

l’âme qui a peur

connaît pas la chanson

des amours béants

à cils ouverts

des astres éveillés

face à

l’hibou jaloux

d’une phrase touchée

d’un regard volé

à même le jour

des fermes douceurs

d’un chakra

pénétrant

pénétré

enfin

dans les bois

on s’est aimé

à s’en mettre des crampes

dans les jambes

et

les bras

tendant

mains lentes

au lendemain

cœurs

en transe

aux bouts

aimant

hurler à voix basse

l’exhibition

de nos textes

remplis d’étoiles

 

Commentaires

Ajoutez un commentaire

Tous les champs sont obligatoires.

Autres inspirations

Le chuchotement des forêts
Grain
En attendant la gagne
Le fou du volant
Un seul
Les enfants gâtés
Le lion, le soleil et le loup
Conditions salon
De corps pas d’esprit
Ciel de lit
Une Lueur D'espoir (épisode 02)
Bucolique
Microbe Poésie
Racine des mots
Derniers commentaires
Daan : Très puissant et droit au coeur.

Daan : Si vrai. Super!

Fabienne : Hooo...

Fabienne : étoiles de...garde

Fabienne : Triste mais doux

Fabienne : Il n'est pas mort tout seul puisque nous lisons ces mots ... Superbe...

Fabienne : Beau...

Oligo : La trop rare M. Phoba, avec son étonnant accès aux mots et cette sensibilité largement offerte ... Un plaisir

Fabienne : Beau mais pas seulement..

Fabienne : Bouleversant

Fabienne : Quelques mots très beaux..

Nganji : Bouleversant...

Oligo : On a déjà parlé de poèmes photographiques pour ceux recueillis sous le titre U.S.A. (Paul Morand - 1927) Ici, on pourrait parler aussi de reportage poétique. Autant le premier extrait m'a étonné par sa rupture totale avec ta production 'visible' et avec les habitudes du site, autant j'y ai pris goût et j'ai eu plaisir à lire ce troisième extrait . A suivre bien sûr...

Fabienne : Superbe.